Intervention

Ciné-Jardins 2021

Projections plein air / septembre 2021

REPENSER LE LIEN ENTRE L’HUMAIN ET LES AUTRES ANIMAUX

Du 26 août au 11 septembre 2021, la fabrique documentaire présente la 7e édition de Ciné-Jardins.

Du fait de l’action humaine, la planète continue de traverser depuis des décennies une crise écosystémique majeure, qui atteint aujourd’hui une gravité telle que son évocation est devenue en France un passage obligé des discours dominants. Au-delà de la question nodale du climat, deux chiffres suffisent à la résumer : au cours des cinquante dernières années, la population mondiale des animaux vertébrés a chuté de plus de 50 % ; au cours du dernier siècle, les disparitions d’espèces animales ont été multipliées par 100, pour atteindre un rythme sans précédent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années[1].

Dans ce contexte, Ciné-Jardins choisit cette année de préciser son propos. Non plus aborder l’écologie au sens large, puisque cette fonction est aujourd’hui assez largement assurée par les institutions. Mais pour la première fois creuser une question, celle du lien entre l’humain et les autres animaux, tant il apparaît que ce lien est aujourd’hui structurellement morbide, se traduisant par une pratique généralisée du zoocide à des fins alimentaires et par une hécatombe d’animaux sauvages inédite à l’échelle de notre ère géologique. Mais aussi – la zoonose reste à ce jour l’hypothèse la plus probable – par une crise sanitaire humaine causant plus de morts par an que la seconde guerre mondiale dans notre seul pays. Et toujours documenter, c’est-à-dire inviter le public à une expérience documentaire où le sensible se conjugue à la réflexion, pour engendrer possiblement une mobilisation.

Dans cette démarche, les cinéastes sont bien sûr nos premiers guides : Yann Arthus-Bertrand et Michael Pitiot, Alessandro Cattaneo, Luc Jacquet, Suzie Templeton, Jean Rouch, Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov, proposent autant d’expériences cinématographiques engagées où la position du corps et de la caméra construisent une relation humain-animal empreinte d’une curiosité, d’une empathie et d’une lucidité qui pensent l’animal comme finalité et érigent des remparts contre la mutuelle destruction. Jean-Michel Bertrand, qui pousse cette logique avec une rigueur remarquable dans son observation filmée des loups du Vercors, nous fait l’honneur de sa présence. Mais nous nous laissons aussi inspirer par les jardins partagés et autres lieux de nature en ville qui nous accueillent et promeuvent chaque jour en actes un lien harmonieux au vivant. Ciné-Jardins reste comme toujours une invitation à découvrir ces lieux.

« On pourrait défendre que dans une certaine mesure, dans des sociétés démocratiques traversées par de grands flux d’information, le politique est en aval de la culture : au sens de la représentation de la vie désirable, des seuils du tolérable et de l’intolérable », écrit le philosophe Baptiste Morizot. « Conséquemment, pour changer de politique, il s’agit aussi de transformer le champ de l’attention à ce qui importe »[2]. A la veille du Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature qui se tient à Marseille, en lien avec la campagne Zone Sauvage et au documentaire Animal de Cyril Dion qui s’associent à notre manifestation, Ciné-Jardins 2021 essaie de contribuer à cette haute ambition.

Benjamin Bibas et Marine Cerceau, coordinateurs Ciné-Jardins 2021

[1] Sources : WWF, UICN.
[2] in Manières d’être vivant (Actes Sud, 2020).

En savoir plus :
– Le site de Ciné-jardins 2021

– Télécharger le programme 4-pages en .pdf
– Nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/cinejardinsparis
– Visionner la bande-annonce :

Ciné-Jardins 2021